Goodbye Disko

Depuis deux jours je fais l’hélice, j’emballe des boîtes, je ré-ouvre des boîtes, je les referme, bref, je suis sur le dépars. Disko c’est (déjà?) fini. Dimanche matin je prendrai le bateau pour Asiaat, puis la boîte de conserve aérodynamique pour Kangerlussuaq, avant de retrouver le plancher des bœufs musqués pour une vingtaine de jours de trek.

Mais essayons d’aller dans l’ordre. Qu’ai-je fais tout ce temps ? Suite au kaffemik chez Morton où j’ai rencontré une famille de marins autrichiens, j’ai rencontré le navigateur suisse Dominique Wavre qui, avec sa compagne, se lance dans son premier tour de monde à la voile hors course. J’ai eu droit à une visite du bateau. Mon grand-père était un navigateur et j’ai grandi en lui empruntant sa littérature de course au large. Du coup j’étais comme un gamin le jour de Noël devant Dominique qui me faisait la visite guidée du bateau. J’ai eu des nouvelles depuis. Malheureusement le passage du nord-ouest ne s’est pas ouvert cette année et ils ont fait demi tour, direction la France pour hiverner. Dans la foulée, j’ai fait la connaissance d’un autre couple de navigateur, lesquels m’ont invité pour le souper. Mon hôte, tout heureux d’avoir un invité francophone à bord, a débouché plusieurs bonnes bouteilles. J’ai passé une soirée mémorable. Toutefois la concentration était de mise quand il a fallu embarquer dans l’annexe pour retourner à terre. Les eaux froides et sombres de la baie de Disko louchaient vers mon esprit embrumé en manque d’équilibre.

Nous avons aussi eu cette fameuse nuit où l’équivalent d’un cinquième des précipitations annuelles d’une année standard est tombé. La rivière a arraché de l’équipement, tout était plein d’eau partout, c’était assez impressionnant. Mais ça s’est résorbé assez rapidement. J’aime observer comme la nature est bien conçue, là où l’humain n’applique pas ses grandes idées.

J’ai appris qu’en Suisse il a fait plutôt chaud. Alors par solidarité avec vos plans canicules, je suis aussi aller me baigner. Le premier à l’iceberg ! On court, saute à l’eau, aïe ça pique, on nage le souffle court jusqu’à l’iceberg, demi tour, on ressort, et la… ça brûle ! Mais on se sent vivant après. J’étais devenu membre du Sour Toe Cocktail Club à Dawson City suite au calage d’un shot avec un orteil humain séché au fond du verre, je suis devenu membre du Disko Swimming Club en faisant un high-five à un iceberg à la nage.

Du côté du travail, j’ai été bien forcé de prendre goût à la solitude du labo à 2h du matin. J’étais tout seul sur le projet et ça m’a fait apprécier encore plus l’aide de mes collègues plus tôt dans la saison. Mais avec Tchaïkovski ça passe mieux. J’ai aussi fait presque le tour complet des podcasts d’Histoire Vivante. Et puis j’ai tenté de réviser mon vocabulaire russe avec une liste de lecture ad-hoc. C’était un échec, j’ai dû écouter des politiciens vendre du vent dans Forum pour me réveiller.

Mon sac est presque bouclé, il va falloir partir. On va pas faire dans le mélo, mais moi je me suis senti à la maison ici. Si en effet je n’ai pas vraiment envie de partir, j’ai d’autres aventures qui m’attendent. La prochaine, toute proche, est le Arctic Circle Trail (vous pourrez me suivre grâce à mon SPOT : https://share.findmespot.com/shared/faces/viewspots.jsp?glId=0AREvGhiN1nIfXBvyivu4PEsSqszCdHq7).

Salut à tous, merci pour les messages et cartes postales, le prochain contact est dans trois semaines à Copenhague !

PS : Le ciel m’a fait une belle surprise pour mon avant-dernière nuit à Disko.

IMGP5915.JPG

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: